En Roumanie, peut-on encore citer Cioran ?

En Roumanie, une loi mémorielle, votée le 21 juillet, sème le trouble chez les intellectuels roumains. En interdisant les idées et les symboles nazis, est-ce un crime de citer les écrivains qui, dans leur jeunesse, ont été des sympathisants fascistes ?

En interdisant le négationnisme, les organisations et les symboles fascistes, le culte de personnes reconnues coupables de génocide ou de crimes contre l’humanité, pourra-t-on encore parler de penseurs qui, comme Cioran et Mircea Eliade, ont été dans leur jeunesse sympathisants de mouvements fascistes qui ont participé pendant la Seconde Guerre mondiale à l’extermination de centaines de milliers de juifs ?

C’est ce que se demandent les intellectuels roumains. Sur son blog, l’écrivain Andrei Plesu regrette que les débats publics sur les vieux démons roumains, le nazisme et le communisme, soient verrouillés. „Je ne veux pas être considéré comme suspect ni si je lis Jean-Paul Sartre, ni si j’admire le talent de Cioran”, explique-t-il.

Source : Livres Hebdo

À voir un documentaire de Patrice Bollon et Bernard Jourdain sur Cioran pour „Un siècle d’écrivains” sur Youtube

sursa: magazine-litteraire.com

Anunțuri

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s